Chanvre belge : le grand retour d’une plante « super durable »

La sensibilisation à l’écologique et l’envie de retourner vers des cultures plus locales ont fait renaître la culture du chanvre industriel en Wallonie où elle avait totalement disparu suite à l’importation de fibres plus rentables mais beaucoup moins durables : il faut par exemple dix fois plus d’eau pour produire un kilo de coton que de chanvre !

Champion de l’écologie

En 2009, il n’y avait plus aucune parcelle de culture de chanvre en Belgique. Pourtant, c’est une plante indigène, qui pousse donc dans nos régions depuis toujours et qui s’y porte, logiquement, fort bien. Elle est tellement adaptée à nos contrées qu’elle est particulièrement durable : elle ne nécessite ni pesticides, ni insecticides, et pousse à grande vitesse avec très peu d’eau (contrairement à son frère ennemi le coton : voir encadré). Sa culture s’était progressivement éteinte après l’arrivée massive d’autres fibres comme le coton, et puis à cause de l’interdiction de cultiver du chanvre du fait de la présence de molécules de THC. Si bien que le savoir-faire de cette culture  a été complètement perdu ! Mais depuis une petite dizaine d’année, une poignée de passionnés redécouvre pas à pas cette tradition. « Aujourd’hui, nous avons environ 100 hectares de cultures, quasi exclusivement en Wallonie. La Flandre est plus sur la culture du lin, qui est intéressante également mais qui est moins durable car le lin nécessite de lourds traitements phytosanitaires », explique Thierry Joie, président de l’asbl Chanvre Wallon qui précise que la pierre d’angle de cette renaissance c’est l’ouverture d’une usine de traitement du chanvre : « Une usine à ouvert en 2016 à Marloie et avec sa ‘défibreuse’, l’on peut à nouveau séparer la ‘paille’ que l’on utilise dans la construction par exemple, de la fibre, que l’on utilise dans le textile ».

Chanvre = Cannabis

« Cannabis » est le très joli nom latin du chanvre. Ce dernier contient du THC, molécule qui fait « planer ». Mais il y a deux catégories de chanvre : le cannabis « sativa » est la version industrielle légale. Celle-ci contient très peu de THC. Et si aujourd’hui, la culture du chanvre est de nouveau permise, tout cela est très réglementé : « L’agriculteur doit entre autre envoyer les copies des factures d’achat des semences. Puis l’état vient contrôler directement au champ pour vérifier que la plante est bien la variété industrielle », nous détaille le président de l’asbl qui explique que cela rend la culture du chanvre très chère car il faut acheter de nouvelles semences chaque année vu qu’il est interdit de replanter ses graines (apparemment, replanter ses propres semences ferait augmenter le taux de THC). 

Une véritable succes story  

« On peut manger les graines de chanvre telles quelles, sous forme de farine très digeste car naturellement sans gluten, ou bien en extraire l’huile. Cette dernière est incroyablement chargée en oméga 3 et 6. Cela en fait un super aliment ! », détaille le président de l’asbl. L’huile de chanvre est également utilisée en cosmétiques. Mais la valeur ajoutée du chanvre c’est surtout sa fibre : « elle est extrêmement robuste ! Puisque tout est à refaire, cela fait plusieurs années que l’on essaye de retrouver le savoir-faire du textile en chanvre et on vient de parvenir à un très bon résultat. Comme beaucoup de petits créateurs éthiques s’intéressent à nos travaux, on peut espérer trouver des vêtements ou accessoires en chanvre belge bientôt. » Thierry Joie insiste sur le fait qu’il y a un engouement énorme pour le retour de cette culture et le plus réjouissant, selon lui, c’est que ce sont surtout des jeunes qui se lancent dans cette voie. Un bel exemple de réussite est la société Isohemp, basée à Fernelmont (hemp veut dire chanvre en anglais). « Ils ont mis au point des matériaux à base de paille de chanvre pour la construction. Ils ont engagé vingt personnes et isolent l’équivalent de 1000 maisons par an ! », nous apprend fièrement Thierry Joie. (www.isohemp.com)

Chanvre et coton : frères ennemis
Le chanvre utilisé aujourd’hui pour le textile vient en général de Chine. Pourquoi ? À cause du jeans en coton ! Les industriels américains, qui trouvaient le chanvre trop solide et donc peu rentable, ont commencé à filer le coton. Des lois ont même été imposées aux États-Unis et jusqu’en Europe, pour taxer les productions de chanvre, faisant disparaître très vite les cultures. En Asie, par contre, la fibre a continué à être exploitée et les machines à être perfectionnées.  Or, à l’heure où la planète rame, il n’y a pas photo, le chanvre peut faire partie de la solution. Pour le textile, par exemple, car la culture du coton exploite deux tiers des ressources mondiales en eau potable et 25% des pesticides dans le monde !

Un magasin 100% chanvre
« Chez Marie-Jeanne », a ouvert en 2018 au centre de Liège. Vous n’y trouverez que des articles issus de la culture du chanvre industriel ! Vêtements, cosmétique, objets de décoration, accessoires, petite épicerie… Ce temple du chanvre se veut concept store et vous pourrez y passer un long moment en dégustant sur place boissons et petits en-cas à base de cannabis (celui qui ne contient presque pas de THC, rassurez-vous). Des ateliers tissage du chanvre sont également organisés ainsi que des soirées à thème avec de grands Chefs invités à cuisiner la plante magique.
www.chezmariejeanne.com 

Se promener au milieu du chanvre

Victor et sa compagne Charlotte cultivent du chanvre dans le Namurois depuis deux ans. Partis de rien, ils créent maintenant plusieurs produits à base de cette plante dont ils sont tellement amoureux qu’ils passent également beaucoup de temps à faire connaître, notamment en invitant les gens à se promener dans leurs champs.

Victor Baugnée, 29 ans, n’en démord pas : « cette plante est un cadeau de la nature. J’ai toujours été sensible à l’écologie et à l’épuisement des ressources et je pense que le chanvre est une solution dans plusieurs domaines. »

Trois mètres de haut

« J’invite le public à venir voir mon trésor de plus près. Au mois d’août, les plantes font jusqu’à trois mètres de haut et forment un véritable labyrinthe. C’est très chouette de faire cela en famille », précise Victor Baugnée qui reçoit toute l’année également les visiteurs. « Plusieurs chemins sont tracés dans les champs, je fait découvrir les différentes variétés que je cultive et je parle des nombreuses caractéristiques de la plante », précise le jeune cultivateur.

La plus parfaite des protéines

Outre l’huile, la farine et les graines, le tout labélisé bio, l’agriculteur propose également de la poudre de protéines de chanvre. « Le chanvre est le seul des végétaux connus à ce jour qui contient des protéines complètes, celles qui sont indispensables à l’Homme. » En effet, la protéine de chanvre contient les huit acides aminés. « C’est un produit très demandé par les sportifs, les personnes désirant faire un régime hyper protéiné ou encore les végétariens », explique Victor Baugnée. Encore un atout de taille pour cette championne décidément : toutes catégories !

www.cannavie.be

Faire ses courses directement au champ !

De plus en plus d’agriculteurs organisent des parcelles où les consommateurs peuvent cueillir eux même leurs fruits, légumes et herbes fraiches. Enfilez vos bottes, on vous montre le chemin de ces gourmands jardins ! Pour les pommes et les poires c’est maintenant le meilleur moment…

En Wallonie

Destexhe et fils , à Verlaine dans la province de Liège. Pour le moment, on y cueille des haricots ! (www.ferme-destexhe.be)

Le pic vert, à Rumes dans la province du Hainaut.Vous y glanerez plein de légumes : en ce moment, il y a des courgettes, des concombres, des aubergines, trois sortes de salades, différentes variétés de tomates, des feuilles de moutarde, du basilic… Le tout labélisé bio ! Une idée de prix ? La courgette coûte 0,85 € la pièce, la laitue 1,45 €. (www.le-pic-vert.be) 

 À Bruxelles et ses environs

La Finca.Situé en bordure de Bruxelles, à Wezembeek-Oppem (www.la-finca.be), le domaine organise des week-ends d’auto cueillette (attention, le dernier de la saison c’est le dimanche 23 septembre !). Vous y dénicherez de nombreux légumes différents, cultivés en bio. En ce moment, vous avez des courges de toutes sortes, des poireaux, des carottes, des poivrons, des aubergines, des courgettes… Pour ces dernières par exemple, il faut compter environ 2 € le kilo (le prix varie d’un jour à l’autre en fonction des stocks et de la météo). Pour info, à partir du 23 septembre, la Finca ouvre son propre restaurant-magasin sur le site de l’Auberge des Maïeurs à Woluwe-Saint-Lambert ! (www.laubergedesmaieurs.be)

Plukplek, dans le Brabant Flamand, à Ternat. On y trouve des fruits et des légumes. En ce moment, c’est le grand boom des courges ! Le domaine est en conversion pour être labélisé bio. « Cela fait deux ans que notre sol n’a plus vu de pesticides », nous confirme-t-on. Vous pouvez vous y rendre jusqu’au mois de novembre. Toutes les dates d’ouverture sont actualisées sur le site internet. (www.plukplek.be)

Fruit-Time, à Anderlecht. On reçoit une barquette que l’on rempli de framboises, fraises ou autres petits fruits, puis on paye en fonction du poids. Les arbres fruitiers croulent littéralement sous les fruits, façon corne d’abondance ! Le petit plus, les allées de fleurs magnifiques, que vous pouvez également cueillir. Mais gardez bien l’adresse pour le printemps car la saison des petits fruits vient de se terminer. (www.fruit-time.be)

Marie’s Garden,à Overijse. Un potager-verger situé à dix minutes de Bruxelles.(www.mariesgarden.be). Connu surtout pour ses délicieuses fraises !

Pommes et poires

Les vergers aussi proposent l’auto cueillette ! Et là, c’est le bon moment ! À Braine-le-Comte, la culture fruitière du Point du Jour vous accueille dès septembre pour venir cueillir différentes variétés de pommes, tous les jours sauf le jeudi. Cela vous coûtera entre 0,80 et 1,5 € le kilo de pommes (le tarif est dégressif donc si vous vous mettez à plusieurs pour acheter beaucoup, c’est une bonne astuce pour payer moins cher !). Pour avoir une idée de la quantité, un kilo de pommes ‘Cox’ représente entre 8 et 10 pommes et un kilo de ‘Jonagold’ environ quatre ou cinq pièces.

Pour les pommes et les poires, rendez-vous également à Ramillies, au Verger Jadoul qui ouvre ses portes fin septembre et début octobre, ou encore au Verger du Bout de l’Allée à Dalhem ainsi qu’au Verger des coccinelles du côté de Les Bons Villers, dans ces mêmes dates.

 Chasse gardée

Autre possibilité : les potagers partagés. Comme le domaine du Chant des Cailles à Boitsfort où quelques hectares produisent de nombreuses variétés de légumes et quelques fruits, réservés aux personnes qui font partie du réseau. Ici, plusieurs centaines d’habitants du quartier. (www.chantdescailles.be).

Il y a peut-être un potager collectif près de chez vous ! Vous pouvez le trouver sur le site internet du réseau des consommateurs responsables : le RCR, qui propose une carte où sont référencés plus de 563 potagers collectifs (https://www.asblrcr.be/potager-collectif). À Bruxelles, il y a également le site www.potagersurbains.be créé autour du concept « Good Food », qui propose une carte des potagers de la capitale.

Lucie Hage